Opérateurs incontournables, les CPAS sont de gros pourvoyeurs d’emploi. Ils proposent, en effet, régulièrement des postes très variés à destination des assistants sociaux et des éducateurs spécialisés. Voici tout ce que vous devez savoir pour devenir travailleur social au sein d’un CPAS. Focus sur ces « temples du social » où l’aide apportée permet d’influer durablement sur la vie des gens

 

Travailler dans un CPAS : une ambition, un premier choix ou une alternative ? Pour répondre aux différentes questions que vous vous posez, nous avons épluché les offres d’emploi publiées sur le site des pouvoirs locaux wallons « JobCom ». Nous avons interrogé également le CPAS de la Ville de Bruxelles ainsi que le CPAS de Charleroi.

Un CPAS, c’est quoi ?

On les qualifie de « bras armés sociaux » des communes et sont, dans les grandes villes, parfois stigmatisés d’être des usines du social. Qu’il s’agisse d’un procès légitime ou non, il semble établi en tout cas que les CPAS sont rarement bien appréhendés dans la diversité de leurs missions.

Avant de découvrir les différentes opportunités qu’offrent les CPAS, rappelons qu’il s’agit « d’un service public au service du public, c’est-à-dire un service créé par l’État pour répondre à un besoin de la collectivité. Le CPAS a été créé en 1976 afin de permettre à toute personne de mener une vie conforme à la dignité humaine. (…) Le CPAS a pour mission d’examiner les demandes d’aide des personnes et d’accorder les aides auxquelles ils peuvent prétendre. (…) Le CPAS est garant du droit à l’intégration sociale et du droit à l’aide sociale pour toute personne qui a sa résidence habituelle et effective sur le territoire belge ».

Il y a un CPAS par commune. A l’échelle de la Wallonie, cela représente 262 CPAS. On en dénombre 19 en Région bruxelloise dont celui de la Ville de Bruxelles. A lui tout seul, ce dernier rassemble près de 3.000 (!) collaborateurs.