L’ASBL Trempoline est active depuis 35 ans dans la prise en charge des assuétudes. Particulièrement soucieuse du bien-être de ses travailleurs, l’association a remporté un appel à projet de la Fondation Roi Baudouin. Nous avons eu le plaisir d’échanger avec sa directrice, Natacha Delmotte. Elle partage avec enthousiasme ses bonnes pratiques.

L’ASBL Trempoline est devenue un acteur incontournable dans le secteur des assuétudes. A maintes reprises, l’institution s’est distinguée dans l’accompagnement des personnes toxicomanes et de leur entourage (projet mère-enfant, programme avec les jeunes, action en milieu carcéral, etc.).

Récemment, Trempoline a remporté un appel à projets de la Fondation Roi Baudouin relatif au bien-être des travailleurs. Une étape de plus pour cette association déjà fortement dynamique en la matière. Et pour preuve, ses actions menées à travers le Conseil en Prévention au Travail et au Bien-être, son programme de prévention du burn-out ou encore les nombreuses formations, supervisions et voyages d’études proposés aux collaborateurs de l’institution.

Pour l’heure, grâce au précieux soutien de la Fondation Roi Baudouin, l’institution va proposer à ses collaborateurs des supervisions individuelles et des supervisions d’équipes, ainsi qu’une journée de teambuilding pour retrouver une atmosphère communautaire et un esprit d’adhésion au projet de l’association.

Anxiété, fatigue, perte de sens au travail…

Comme l’écrit la Fondation Roi Baudouin, après presque deux ans de crise sanitaire, le personnel de l’aide et des soins est particulièrement éprouvé, tant sur le plan physique que psychologique. Sur le terrain, les symptômes de mal-être sont nombreux : anxiété, fatigue, perte de sens au travail…

Alertée par cette problématique, la Fondation Roi Baudouin a décidé d’orienter le dernier appel de son Fonds pour des soins solidaires vers le soutien à des initiatives qui participent à la lutte contre les symptômes de stress chronique dans les structures de soins résidentiels. L’ASBL Trempoline figure parmi les 24 organisations soutenues dans le cadre de ce Fonds dont le montant total s’élève à 512.544 euros.

MonASBL.be : Pourquoi l’ASBL Trempoline a-t-elle décidé de répondre à l’appel à projet de la Fondation Roi Baudouin ?

Natacha Delmotte : Au sein de Trempoline, nous sommes dans un lien thérapeutique très important avec les patients. Celui-ci a été malmené durant la crise du Covid-19. Notre seuil d’exigence en termes d’hygiène était déjà très élevé avant la pandémie en raison du public que nous accueillons (certaines personnes se présentent avec des pathologies comme la tuberculose, la gale, l’hépatite ou encore le sida), nous l’avons accentué en raison de la crise sanitaire. Ce respect des normes et cette vigilance ont pu occasionner une perte de contact avec nos patients.

Nous avons été contraints, au plus fort de la crise, d’isoler les personnes qui rentraient à Trempoline. Imaginez un peu… Quand vous avez fait 20 ans d’incarcération et qu’on vous reçoit à 1m50 de distance, qu’on vous met dans une pièce de 8 m² pendant 10 jours…

Au-delà des mesures relatives à l’accueil de nos patients, nous avons dû instaurer le télétravail et compartimenter les locaux : nous ne pouvions même plus nous voir entre collègues pour respecter les normes édictées par l’AVIQ.

C’est dans ce contexte très difficile que je me suis rendu compte que les travailleurs qui ont été investis, engagés et exemplaires durant les deux années de pandémie ont senti une perte de sens dans le lien qu’ils pouvaient avoir avec les patients.

Lire aussi : « Le métier d’assistant social n’est pas un sacerdoce »

Lire aussi : « Il y a des raisons personnelles à notre engagement »

Lire aussi : « Je suis une meilleure chercheuse grâce aux travailleurs sociaux »